Aménager le sous-sol

Il s'agit d'un moyen extrêmement avantageux d’agrandir votre espace de vie intérieur, sans déménager pour autant. Vous disposez peut être de suffisamment de place pour installer une suite parentale, une salle de jeux pour les enfants, un home cinéma pour toute la famille ou même votre salon. Mais par où commencer ?


Aménager le sous-sol

La hauteur du sous-sol est-elle suffisante ? Ou faut-il décaisser ?

Une hauteur de moins de 2,40 m libre sous plafond est le minimum en-dessous de laquelle un visiteur va se dire : « tiens, c’est bas de plafond ici !». Si la hauteur disponible est inférieure, il n'y a rien de dramatique. Avec 2.10 m de hauteur sous plafond vous pouvez parfaitement installer un bureau, une chambre d’appoint, un coin TV, une salle de jeux… mais si le sous-sol doit devenir un séjour, il faudra vous approcher des 2.40 m.

Un sous-sol enterré ou partiellement enterré est généralement conçu à l’origine comme un simple espace de service : avec  une hauteur réduite. Si vous comptez en plus qu’une dalle a été ajoutée au sol et qu’une tripotée de canalisations circule au plafond, il ne vous reste souvent pas plus de 2 m de hauteur, ou à peine plus : juste de quoi circuler et stocker.

Si c’est votre cas et que vous souhaitez installer une pièce à vivre confortable, il va falloir décaisser le sol.

C’est à peu près à ce moment que les ennuis commencent. Pour décaisser un sous-sol, vous devez commencer par réaliser des sondages afin de mesurer la profondeur des fondations existantes. Si votre but est de créer une nouvelle dalle plus bas encore que les fondations, il faudra faire des reprises en sous-oeuvre. Cela signifie : études géotechniques, sondages profonds, et en fonction du résultat, peut-être micro-pieux ou longrines…
Tout cela n’est pas particulièrement compliqué, juste onéreux. En fonction des travaux que vous envisagez, il sera peut être plus simple de rehausser le plancher du rez-de-chaussée.
Aménager le sous-sol

Comment faire entrer la lumière dans un sous-sol ?

Lorsqu’il s’agit d’un sous-sol partiellement enterré, vous pouvez récupérer les ouvertures existantes et les agrandir au maximum pour faire entrer la lumière à l'intérieur. Si les ouvertures sont déjà au ras du sol, vous pouvez soit les étirer dans le sens horizontal, soit créer une cour anglaise pour les étirer dans le sens de la hauteur. En creusant devant la maison, vous pouvez installer une terrasse rabaissée et disposer de suffisamment de hauteur pour ouvrir votre sous-sol sur l’extérieur par une porte-fenêtre.

Si le sous-sol est entièrement enterré, il faut faire entrer la lumière naturelle tout de même. Vous pouvez comme précédemment, creuser en pied de façade, côté extérieur pour créer une cour anglaise. Vous pouvez aussi démolir une partie du plancher du rez-de-chaussée pour le remplacer par une surface vitrée. Mais attention, ne prévoyez pas de poser des meubles à cet endroit-là pour laisser passer la lumière.

La lumière artificielle doit assurer le reste de l'éclairage intérieur. Dans chaque pièce, prévoyez d’implanter des appliques murales ou des plafonniers ou des spots dans les faux plafonds pour assurer un éclairage global. Pour un éclairage plus feutré, préférez des prises commandées sur lesquels vous brancherez des lampes posées. Si vous installez une salle de jeux, ne lésinez pas sur le nombre de points lumineux car vous devrez assurez au moins 300 lm/m². Pour un salon, 100 lm/m² suffisent, avec des pointes à 200 dans les zones de lecture. Si vous avez besoin de plus d'infos , vous pouvez lire cet article sur l'éclairage.

L'escalier qui mène au sous-sol doit être confortable et positionné pour faciliter l'aménagement de la surface.

L’escalier d’origine est généralement étroit et très pentu. Si vous avez décidé d’installer au sous-sol une pièce très fréquentée, l’escalier va être utilisé de nombreuses fois par jour, il se doit donc d’être confortable. Modifier l’escalier implique de modifier le plancher entre les deux étages pour agrandir la trémie. Pour assurer ce travail, vous devez faire intervenir un bureau d’études structure qui saura prescrire une solution adaptée à la nature de la construction.

Comme pour l'aménagement des combles, la position de l'escalier est primordiale car elle va déterminer l'aménagement du rez-de-chaussée comme celui du sous-sol.
Si le sous-sol doit accueillir plusieurs pièces, l’escalier doit de préférence aboutir au milieu de la surface et distribuer les pièces en étoile. Cela permettra de limiter les couloirs.
Si le sous-sol devient une seule et unique grande pièce à vivre, vous pouvez positionner l’escalier sur un côté pour dégager le volume.

Avant d’envisager le moindre aménagement de votre sous-sol, vous devez d’abord assainir la surface.

L’humidité est le premier ennemi du bâti, elle nuit à la solidité de la construction et à la santé des habitants : il faut donc la combattre. Le sous-sol est le premier touché car la base du mur agit comme une éponge dans laquelle l’humidité du terrain pénètre et remonte le long des murs. Pour combattre les remontées capillaires, deux options s’offrent à vous :
Traiter l’origine de l’humidité en drainant le sol autour de votre maison.
Créer sur vos murs une barrière : si vous avez la possibilité de décaisser les murs côté extérieur vous pouvez appliquer un revêtement étanche pour les protéger ; si ça n’est pas possible faites appel à une entreprise spécialisée qui injectera dans l’épaisseur du mur une résine qui bloquera les remontées d’humidité ; résultat garanti.

Pour être confortable, votre sous-sol doit impérativement être isolé avant d’être aménagé.

Vous devez traiter toutes les parois. 
Le sol : si votre sous-sol n’est pas construit sur un vide sanitaire mais directement sur terre plein (ce qui est généralement le cas) collez sur la chape une ou deux couches de plaques isolantes rigides qui pourront ensuite recevoir le revêtement de sol de votre choix. Attention vous pouvez perdre jusqu'à 10 cm de hauteur.   
Les murs : comme partout ailleurs dans votre maison, plusieurs solutions vous permettent d’isoler vos murs : s’ils sont réguliers, collez directement des panneaux de doublage composés d’un isolant et d’une plaque de plâtre, si vos murs sont irréguliers glissez un isolant (type laine) entre le mur et une ossature métallique sur laquelle vous vissez des plaques de plâtre (type BA13) ou des lambris.

La question du chauffage est bien sûr étroitement liée à votre installation existante.

Si vous êtes équipés d’un chauffage central, vous pouvez prolonger l’installation pour alimenter en eau chaude les radiateurs de votre sous-sol (surtout si la chaufferie est déjà en sous-sol). Assurez-vous que votre équipement est suffisamment puissant.
La solution la plus simple et la moins onéreuse (à l’installation tout du moins) est d’implanter des radiateurs électriques dans les espaces que vous créez. Comptez environ 100 W/m² (si vous avez parfaitement traité l’isolation) en prévoyant pour plus de confort un radiateur tous les 15 m² minimum. Si vous conservez des problèmes d’humidité, favorisez les convecteurs qui assèchent l’air et qui son bon marché; dans le cas contraire, préférez les radiateurs à inertie ou les rayonnants qui procurent un bien meilleur confort.
Si vous vous engagez dans de gros travaux, pourquoi ne pas utiliser les énergies renouvelables ? Implantez au sol un plancher chauffant et raccordez-le par l’intermédiaire d’une pompe à chaleur (PAC) à un réseau de tuyaux enterrés dans votre jardin : économies de fonctionnement et confort assurés.

Pas de confort sans une bonne ventilation

Les quelques rares entrées d’air d’un sous sol existant ne sont absolument pas suffisantes pour permettre d’évacuer l’humidité et tout les polluants qui peuvent se trouver dans l’air intérieur. Pour parvenir à ce résultat sans pour autant faire pénétrer dans votre sous-sol trop d’air froid, une seule  solution : la ventilation mécanique contrôlée (VMC). Son rôle : contrôler l’extraction de l’air vicié et la pénétration de l’air neuf en fonction de vos besoins.  Problème : les gaines de ventilation doivent circuler dans toutes les pièces de votre sous-sol. Si vous n’avez pas de hauteur suffisante pour installer un faux plafond, pensez à ceinturer votre sous-sol de gaines implantées dans l’épaisseur des doublages des murs extérieurs.

Tout le réseau électrique du sous-sol est à créer.

Depuis le tableau principal de votre maison, tirez un câble (phase, neutre et terre) pour alimenter un tableau secondaire. Ce dernier accueillera toutes les protections (disjoncteurs et interrupteurs différentiels) des circuits que vous aménagerez (éclairage, chauffage électrique, chauffe eau…). Profitez des travaux pour faire circuler les fils dans l’épaisseur des cloisons, une distribution encastrée est plus discrète.